vendredi 14 juin 2013

100 histoires de sorcellerie : conclusion

Nous y voilà donc : ayant récemment posté sur ce blog la centième histoire de sorcellerie, la série est complète. Je conçois donc ce billet comme sa conclusion. 

Vous vous en doutez, je ne vais néanmoins pas arrêter du jour au lendemain à écrire des poèmes mettant en scène des sorcières. Le sujet m'inspire en effet toujours et il me reste un paquet de thèmes particuliers à traiter, sur la liste que j'ai complétée au fil des mois. Mais il est fort probable que je ne les posterai plus sur ce blog et que les meilleurs prendront directement le chemin des comités de lecture de revues. Le fait est que, en les conservant inédits, j'ai davantage de chance de parvenir à les placer — et puis, surtout, il me semble qu'il est temps de passer à autre chose, sur ce blog. J'ai plusieurs autres projets/envies, certains déjà depuis longtemps mais mis de côté à cause de la priorité des histoires de sorcellerie. Bref, cet espace ne risque pas l'abandon ; je vous y promets très vite du nouveau.

D'autre part, j'aimerais me remettre à écrire davantage de nouvelles car je me suis avant toute chose consacré à la poésie, ces derniers mois. Il y a plusieurs appels à textes intéressants qui se profilent à l'horizon et j'ai de plus l'envie de délaisser les histoires gentillettes à intrigues minimalistes pour m'essayer à des récits plus complexes et plus long. Je lis volontiers des nouvelles de Jean Ray, en ce moment, alors j'ai en outre des envies de textes assez sombres, et surtout bien sordides...

Voilà, ainsi vous savez tout.

Quant aux histoires de sorcellerie déjà rédigées, je n'exclus pas d'oser la compilation d'un recueil ; on verra bien. D'ici là, j'aurais besoin de votre aide : je constate en voyant la longue liste des poèmes qu'elle est peut-être décourageante pour un nouveau lecteur qui ne sait pas par quel bout la prendre. J'aimerais donc délimiter un petit ensemble de textes sous un titre du genre Si vous ne deviez en lire que dix... (ou vingt, qui sait, on verra bien). Or, j'ai souvent pu constater que mes préférées ne sont pas forcément les vôtres ; je propose donc un petit sondage. Si vous êtes l'un de mes lecteurs réguliers (je sais qu'il y en a une petite poignée) ou que vous avez du temps à perdre, pourriez-vous lister en commentaire vos dix histoires préférées, classées par ordre décroissant (à la façon d'un podium donc, la première étant votre favorite) ?

Vous pouvez également voter pour des versions illustrées et pour des réécritures. Puisqu'il faut bien prévoir une date limite, disons que vous pouvez me faire part de votre sélection durant un mois, jusqu'au quatorze juillet [/!\ reporté jusqu'au 14 août] (et encore après si vous voulez — je suis toujours heureux de connaître votre avis — mais elle ne sera alors pas prise en compte).

Voilà voilà. D'avance merci à ceux qui se prêteront au jeu et bonne lecture à tous !

jeudi 6 juin 2013

Les Hésitations d'une Mouche n°65

J'ai eu la joie de trouver hier dans ma boite aux lettres un exemplaire du soixante-cinquième numéro de la très sympathique revue Les Hésitations d'une Mouche. À son sommaire figure l'un de mes poèmes ; une pièce de belle longueur en alexandrins et d'inspiration mythologique, issue de ma série des « histoires de sorcellerie » (plus précisément, il s'agit de la quarantième : Le Satyre puant).

C'est déjà ma seconde publication au sein de cette revue, après celle d'une courte nouvelle il y a environ un an et demi. Merci donc à son comité éditorial pour la confiance répétée qu'il place dans ma plume !