samedi 30 mars 2013

Moshi moshi n°3

J'ai reçu cette semaine le troisième numéro de la récente et dynamique revue Moshi moshi. J'ai participé au dossier thématique « Voisins, voisines » de celui-ci avec deux poèmes, issus de mes histoires de sorcellerie : Et si votre voisin de palier était un sorcier ? et Départ pour le sabbatUn grand merci à Nelly Bridenne, l'éditrice de la revue, pour sa confiance.

Pour ceux qui voudraient s'abonner, un bon à télécharger et imprimer est disponible ici.

mercredi 27 mars 2013

100 histoires de sorcellerie : poème 88


Le Rêve interdit

Dans un strict internat géré par un couvent,
Retentit une nuit un cri tonitruant.
La sœur Agnès accourt au dortoir des élèves ;
De paisibles enfants qui, surprises, se lèvent.

« Au nom du doux Jésus, qu'y a-t-il donc ici ?
Qui osa m'éveiller avec de si grands cris ? »
« C'est moi qui ai hurlé ; je n'aurais pu me taire
Car j'ai percé à jour une infâme sorcière... »

« Je ne vois parmi nous que des enfants de Dieu ;
Croire une telle chose ? oh non, je ne le peux... »
« C'est pourtant vrai, ma sœur, la nouvelle en est une ;
Vous savez, l'orpheline, arrivée à la brune. »

« Puisque tu le prétends, nous allons enquêter !
Où puis-je la trouver, la graine de sorcier ? »
« Mais dans son lit, ma sœur : quel que fut le tapage,
Il n'a pas pu soustraire au sommeil cette mage... »

« C'est en effet curieux, mais ça ne prouve pas
Qu'elle soit pour de vrai le démon que tu crois. »
« Regardez de plus près ; observez ses paupières :
Dormir les yeux ouverts, c'est un truc de sorcière ! »

« C'est assez étonnant, pour sûr que j'en conviens ;
Mais sans doute tout ça peut attendre demain... »
« Ce n'est pas tout, ma sœur ; regardez ses pupilles :
J'y vois danser le diable avec des gens impies ! »

« Ciel ! j'aperçois aussi en ses yeux ce pêché !
Il nous faut sans tarder avertir l'évêché... »
Et il fut fait ainsi, de sorte que, bien vite,
On éveilla l'enfant par un jet d'eau bénite.

24/03/2013

jeudi 21 mars 2013

Anthologie TextallicA

Aujourd'hui a été annoncée la sortie de l'anthologie TextallicA, rassemblant des nouvelles autour de l'univers de la musique « metal ». Ce livre, dirigé par le sociologue Nicolas Walzer, est le produit d'une collaboration entre vs-webzine.com et les éditions Camion blanc




À son sommaire (dont vous pouvez consulter le détail sur cette page) se trouve l'une de mes nouvelles, intitulée L'Homme des salles. Vous remarquerez que ce n'est pas mon genre de prédilection ; il s'agit en fait d'un « vieux » texte, rédigé en avril 2011 (ciel ! presque deux ans déjà...) dans le cadre d'un concours.

Ce récit s'inspire vaguement de L'Homme des foules d'Edgar Allan Poe et s'attache à peindre le décor d'un concert de heavy metal, un milieu que j'ai brièvement fréquenté à la fin de mon adolescence. Il présente donc des « choses réelles » (telles que le groupe qui s'y produit, sans doute reconnaissable) mais également pas mal d'éléments fictifs.

Le recueil existe en versions papier et électronique et est commandable via Amazon.

mercredi 20 mars 2013

100 histoires de sorcellerie : poème 87

Rendons grâce aux arbres

Leurs larmes sont comme nos feuilles mortes : poussière de tendresse et de regret !
-
Comès
La Maison où rêvent les arbres

Dans la clairière, à la fin de l'été,
Aime danser avec les feuilles mortes
Une sorcière au teint frais, à l'air gai,
Ses cheveux roux que très longs elle porte
Tout autour d'elle offerts de telle sorte
Que tous les vents s'y prennent et y jouent.
Ce rituel, par lequel elle loue
Dame Nature, elle le fait chaque an ;
Et à sa fin, à genoux dans la boue,
Elle a le soin de mettre en terre un gland.

18/03/2013

dimanche 17 mars 2013

Lettre d'amour

À l'occasion de la semaine de la langue française, du 16 au 24 mars, les éditions Rêve d'Enfant ont publié, en partenariat avec l'Association française du personnel paramédical en électroradiologie (AFPPE), une anthologie de lettres d'amour. Comme environ 200 autres auteurs, j'ai tenté ma chance et leur ai envoyé un texte. Celui-ci, jugé trop « tendancieux » pour une publication destinée à un large public, n'a cependant pas trouvé sa place dans le recueil.
Néanmoins, le livre présente, après les différentes lettres retenues et avant la liste de tous les participants, un bref « florilège » reprenant les phrases préférées du jury. Un extrait de mon texte y a été sélectionné par Claire Benoit-Ruby (membre de l'AFPPE). Les lecteurs découvriront donc la citation suivante, un peu énigmatique :

Julien Noël
« Poète malgré tout,
J'ai dessaoulé et je t'aime toujours. »


Histoire que ce texte ne se perde pas, je vous propose de le découvrir ci-dessous, dans son intégralité.


Poète malgré tout


Objet : J'ai dessaoulé et je t'aime toujours
 
On aurait pu penser que c'était un effet
Venu comme l'ivresse au moment où, la veille,
J'ai bu de la vodka, finissant la bouteille,
Et qui serait passé tel se dissipe un pet ;

Simplement qu'au matin, ventre et esprit en vrac,
En décollant mes yeux j'aurais vu en panique
De drôles de machins dans un seau en plastique,
Preuve que bien des fois j'aurais vidés mon sac...

Un tout autre constat s'est pourtant imposé
Au travers du brouillard à mon cerveau brûlé.
Ô horreur, ô fracas ! que vais-je pouvoir faire ?...

J'en étais convaincu, je n'en pouvais douter :
Je t'adorais toujours, même ayant dessaoulé.
Tu as causé mon trouble et non pas ces six bières.

signé J.


PS : Je sais qu'on n'a jamais droit à une seconde chance de faire une bonne « première impression », mais serais-tu d’accord de remettre ça ? On pourrait se faire un brunch, cette fois ; ce serait moins risqué...

Voici donc en quoi consistait ma lettre : en un sonnet (un peu bancal au niveau des rimes de ses quatrains) accompagné d'un titre et d'un post-scriptum. Celle-ci a été exposée avec toutes les autres durant la journée d'hier à la librairie Les Yeux dans les Arbres de Lyon. Quant au recueil, il a été distribué gratuitement dans sa version papier et se trouve encore disponible dans sa version électronique sur la boutique en ligne des éditions Rêve d'Enfant. N'hésitez pas à le télécharger !

vendredi 15 mars 2013

TwittFiction : le retour

Mes abonnés sur Twitter ont peut-être remarqué que j'y ai publié hier une nouvelle TwittFiction.
Il s'agit en fait d'un court récit inspiré du poème La Loreley de Guillaume Apollinaire. Cependant, toute référence à la légende rhénane a été supprimée ; j'ai seulement conservé la matière des quatre premiers vers (« À Bacharach il y avait une sorcière blonde / Qui laissait mourir d'amour tous les hommes à la ronde // Devant son tribunal l'évêque la fit citer / D'avance il l'absolvit à cause de sa beauté ») ainsi que l'idée de la sorcière escortée jusqu'à un couvent. Voici le résultat :


1. Il y avait à Bacharach une sorcière blonde. L'ayant faite traîner devant lui, l'évêque demanda : « Femme, connais-tu ton crime ? »

2. La belle répondit : « Durant votre Carême, j'ai détourné bien des hommes de leurs pensées pieuses par des danses interdites. »

3. L'ecclésiastique était un homme sévère mais, face à son sourire, il se troubla et dit : « Demain, tu iras en prison pour un an. »

4. Le lendemain, tandis qu'on lui faisait quitter la ville, la sorcière fit une timide révérence en croisant la route du gouverneur.

5. Celui-ci, apprenant qu'elle était condamnée au noir et à l'humidité d'un cachot, en fut remué car il lui trouvait bien des grâces.

6. Il dit : « Hors de question qu'une si jolie femme aille dépérir en prison ! Capitaine, mène-la plutôt au couvent pour six mois. »

7. Le voyage jusque chez les Ursulines fut long et silencieux, car la fille chevauchait d'un air digne qui impressionnait ses gardes.

8. Arrivés à destination, alors qu'il la faisait descendre de selle, le capitaine respira l'odeur de miel des cheveux de la sorcière.

9. Lui aussi sous le charme, il déclara : « Une telle chevelure n'est pas faite pour être gainée de tissu, pas même pour six mois. »

10. On délia ses mains et chacun des soldats fut heureux de jurer le secret. La belle partit et jamais plus on ne la vit à Bacharach.

mercredi 6 mars 2013

Ravage n°5

Hier a paru le cinquième numéro du magazine Ravage, dans lequel ont été rassemblés des textes autour du thème du rêve. Je suis l'auteur de l'un d'entre eux, intitulé Ballade au pays du rêve et issu de ma série des « 100 histoires de sorcellerie ». Merci au comité éditorial de m'accorder une fois de plus sa confiance (j'avais déjà été publié l'année dernière dans leur numéro 3) via cette sélection.

Ravage est un magazine diffusé gratuitement dans plusieurs villes estudiantines belges ; pour en savoir davantage sur les différents points de distribution, je vous invite à consulter cette page. Les non-belges ne sont d'autre part pas en reste puisque le magazine est également disponible au téléchargement au format PDF. Bonne lecture !

lundi 4 mars 2013

Népenthès n°6

Début de semaine dernière, j'ai eu la joie de découvrir dans ma boite aux lettres un exemplaire du dernier numéro de la revue Népenthès. Suite à ma sélection lors du concours « Haut le verbe », trois de mes poèmes y ont été publiés. Il s'agit de La Fée et l'Enfant, Me ferez-vous l'honneur ? et La Métamorphose, qui furent parmi mes premières « histoires de sorcellerie » à être écrites.

Bien sûr, ces textes sont désormais vieux d'un peu plus d'un an, ce qui fait que leur défauts (des erreurs de métrique, notamment) me sautent au yeux. Mais reste que je suis très heureux d'avoir pu me glisser sous la couverture d'une aussi belle revue. Grand merci donc à Bernard J. Lherbier, le directeur de cette publication.